Bientôt : les battements du cœur comme identifiants biométriques

La procédure d’authentification permet de protéger des données. Souvent, le recours au mot de passe est le moyen le plus répandu pour sécuriser les comptes utilisateurs. Les identifiants biométriques traditionnels les plus utilisés sont l’empreinte digitale, l’empreinte faciale et les réseaux veineux. Actuellement, les chercheurs travaillent sur une nouvelle technique d’authentification. Il s’agit de l’analyse du battement cardiaque comme identifiant biométrique. Comment le battement cardiaque peut-il devenir un identifiant biométrique ?

Les battements cardiaques sont uniques pour chaque individu

Par définition, un identifiant biométrique est une caractéristique intrinsèque et unique que possède la physionomie d’un individu. Or, les études menées par des chercheurs de l’Université de Buffalo, aux États-Unis, ont révélé que le cœur présentait des caractéristiques biométriques intéressantes. Cela s’explique par le fait que la physionomie du cœur et son rythme ne peuvent être strictement identiques pour deux individus distincts. Le battement du cœur est un terme ordinaire. Techniquement, ce qui est entendu dans ce terme est le graphe, appelé électrocardiogramme, obtenu par le médecin pendant une séance d’ECG. Cette figure se caractérise par des pics positifs et négatifs à fréquence précise. Cette fréquence constitue le rythme cardiaque. Elle est différente d’un individu à un autre. D’où, le rythme cardiaque constitue un identifiant biométrique.

Le Cardiac Scan de l’Université de Buffalo

Le recours à l’identifiant biométrique cardiaque accessible au grand public est en cours de gestation. Les premiers résultats intéressants dans le secteur furent ceux obtenus par les chercheurs de l’Université de Buffalo. Ils ont établi un processus appelé Cardiac Scan. Ce procédé se base sur l’usage d’un radar Doppler, d’un capteur de pouls placé sur l’index et d’une ceinture de fréquence cardiaque. Le radar Doppler assure une visualisation de la physionomie du cœur. Pour être identifié, l’individu doit se placer devant le radar. Cette méthode analyse à la fois le rythme cardiaque et la physionomie du cœur. Le défi repose sur une miniaturisation des appareils de mesure.

Une méthode mobile d’authentification cardiaque : Le HeartID

La technologie d’authentification cardiaque existe aussi sous forme mobile. Le matériel utilisé est un capteur lié à un smartphone ou une tablette. Ce système va rapidement effectuer un électrocardiogramme de l’utilisateur. L’appareil mobile utilisé comme terminal va ensuite comparer les données reçues par le capteur avec les données enregistrées. La validation de l’accès au compte utilisateur consiste donc en une identité entre les données insérées et les données enregistrées. Le battement cardiaque constitue ainsi un identifiant biométrique.  

Qu’est-ce-qu’une signature électronique ?
Quels enjeux pour l’impression 3D ?